Margaux Shore, née en 1987 à Paris, d’un père americain et d’une mère française. 

Reçoit son premier appareil photo, un Pentax reflex argentique pour ses 15 ans, quelques mois avant son départ pour Oakland, en Californie. 

Le voyage entraîne les images, et puis les images entraînent le voyage, finalement ça n’a plus trop d’importance.  Une promenade alentour est un voyage et les images sont le voyage. 

L’appareil photo, comme un prétexte à sa curiosité et à son désir d’observer.  

Le matériel n’a jamais trop changé : un petit réflexe, un objectif de 50mm fixe, et des pellicules noir et blanc.  

Elle se promène au gré des invitations, en France, en Allemagne, en Grèce, en Ecosse, en Amérique Latine, au Maroc, dans les Caraïbes et en Amérique Centrale, au Japon, aux Etats Unis,  au Canada et finalement fait une longue escale à San Francisco où elle suit  des cours de photo à l’université.

Rencontre déterminante avec Richard Gordon, photographe de rue et tireur professionnel qui l’initie au tirage traditionnel. 

Depuis plus de dix ans Margaux se “fait la main”, développe elle même ses images, travaille dans l’ombre, avec patience.

Laisser à la magie des choses opérer sa chimie, ne photographier qu’en lumière naturelle, capturer un instant et réaliser chaque étape pour qu’il devienne image.

Au fil de ses voyages Margaux Shore photographie les hommes là où ils n’apparaissent pas forcément, parle de leur présence en montrant leur absence ...